3 mn
Prévention du surpoids et de l’obésité chez l’enfant

Prévention du surpoids et de l’obésité chez l’enfant

Par
professeur en activités physiques pour la santé
15.01.20

L’Activité Physique est considérée à la fois comme un moyen de lutte contre les troubles liés à la sédentarité (surpoids, obésité), voire à l’oisiveté (ennui, désinvestissement scolaire et social), et comme une activité qui permet de canaliser l’agressivité, de maîtriser l’attention, de développer les habiletés cognitives (comprendre des situations complexes), stratégiques (se fixer un but et les moyens d’y parvenir), sociales (sociabilité, règles en groupe, adaptation à des situations nouvelles...) et personnelles (estime de soi). Tous ces avantages procurés par l’activité physique existent quelle que soit la discipline pratiquée.

Des comportements à changer pour une meilleure santé

Les écrans sont trop présents dans la vie de la jeune génération et sont utilisés en moyenne 5 heures par jour. Il est important de savoir qu’un enfant à 4,6 fois plus de chance d’avoir une surcharge pondérale en regardant les écrans plus de 5 heures par jour.

De plus, chaque heure supplémentaire passée devant ceux-ci augmente le risque de 25 à 40% de développer surpoids et obésité.

Le constat est alarmant, près d’un jeune sur 3 rencontre des problèmes de poids (32%). Cette problématique s’explique en partie par une alimentation trop anarchique. En effet, un enfant sur 3 déclare grignoter lorsqu’il est sous stress, et un sur 4 déclare souvent sauter des repas.

Pourtant l’alimentation ou plutôt l’équilibre alimentaire est le socle d’une vie saine et représente près de 70% du poids santé, l’activité physique agissant que pour les 30% restant.

Outre l’aspect alimentaire et la sédentarité, près d’un jeune sur deux (46%) dort 7h ou moins par nuit, ce qui est vraiment insuffisant et délétère pour la santé.

La prévention par l’activité physique

Il a été démontré que le niveau habituel d’activité physique pendant l’enfance et l’adolescence était associé à la composition corporelle à l’âge adulte. C’est donc dès le plus jeune âge que nous préparons notre futur corps.

On considère que 6 ans est l’âge limite pour intégrer les enfants en club sportif ou à des séances d’activité physique. Bien évidemment, plus ils commencent tôt et plus les bénéfices pour leur santé seront importants.

Les recommandations pour l’enfant, afin d’éviter le passage du surpoids à l’obésité et pour lutter contre le développement des facteurs de risques cardiovasculaires associés sont de 60 minutes d’activité physique par jour à intensité modérée.

Pour tous les enfants, il faut privilégier les activités physiques ou sports apportant du plaisir. Pour les très jeunes, les activités consistent à un développement psychomoteur fondé sur le jeu. Jusqu’à l’âge de 12 ans, l’éducation à l’activité physique est fondamentale pour la pérenniser dans la pratique quotidienne des enfants. Après 12 ans, l’activité physique doit apporter un cadre de fonctionnement avec les amis. C’est moins le plaisir personnel que le fait de se trouver entre amis qui est le moteur de la pratique.

Le renforcement musculaire doit être associé aux autres activités pour les enfants de plus de 12 ans. Effectivement les activités nécessitant des exercices intensifs permettent de vider les réserves en sucre (glycogène) pour ensuite aller puiser dans les graisses. De ce fait, lors des repas suivants, si les réserves sont vides, les sucres ingérés iront directement remplir les réserves. A défaut, si les réserves sont pleines du fait de l’inactivité de l’enfant, alors les sucres se stockeront pour devenir de la graisse.

Pour conclure, de nombreuses études ont montré que le changement de comportement a plus de chance de réussir quand les parents sont associés. La pratique de l’activité physique représente un mode de vie et un comportement que la plupart des enfants apprennent de leurs parents.

En effet, les enfants des mères actives sont 2 fois plus actifs que les enfants des mères inactives, jusqu’à 3 fois si les pères sont actifs et jusqu’à 6 fois si les deux parents sont actifs.

Le changement de comportement doit donc être initié par les parents en accompagnement de l’enfant. Celui-ci doit assurer un bon équilibre alimentaire, un sommeil de qualité, une consommation d’écrans raisonnable et 60 minutes d’activités par jour avec des exercices intensifs.