Prendre soin de moi

Retour aux articles

3 mn
Faire de son poste de travail un allié

Article 2 / 10

Faire de son poste de travail un allié

Par
Prendre soin de moi 09.02.21

Qu’on travaille dans un bureau, sur une chaîne de production ou de chez soi, on y passe du temps. Alors, comment éviter que votre poste de travail ne vous démolisse ? Et surtout, comment en faire un véritable allié du bien-être au travail ?

Travailler ensemble mais séparément

Il existe de nombreux freins qui limitent l’autonomie effective du salarié sur son poste de travail. D’abord, on travaille rarement seul. La survalorisation du travail en équipe a mené aux open space et leur cortège de nuisances : interruptions incessantes (jusqu’à 150 fois par jour, et 10 minutes pour retrouver une concentration idéale), bruits ambiants dont il est difficile de faire abstraction (téléphone, conversations), syndrome d’isolement et de surveillance permanente. Puis, le flex office a pris le relais avec des postes de travail sans place attitrée. On change de salle ou de bureau plusieurs fois dans la journée : situation déshumanisante où on se sent interchangeable. La course à l’adaptabilité a connu un nouveau tournant cette année avec la généralisation du télétravail. Si certains n’y ont vu au début que la chance de travailler quand on veut et en pyjama, d’autres ont vite déchanté : il a fallu s’équiper (souvent à ses frais), faire de la place, se former à d’autres outils de communication, séparer vie familiale et vie professionnelle, pas vraiment la panacée en matière de qualité de vie au travail. Et pourtant, sans attendre une vraie prise de conscience et des mesures collectives souhaitables, vous pouvez prendre votre poste de travail en main ! Et identifier - et donc éviter - un à un les risques auxquels vous êtes le plus exposé par de petits changements aux grands effets.

 

L’ergonomie, mère de sûreté

Tout commence par la posture. Si l’ergonomie d’un poste de travail devrait être pensée dès la conception de façon à garantir aux employés sécurité et efficacité, elle peut aussi être adaptée suite à l’apparition de troubles (une maladie professionnelle, la survenue d’un handicap, une mauvaise efficience). Dans ce cas, c’est la hiérarchie qui réagit : un matériel adapté est à la fois un levier de prévention et de productivité en jouant sur les deux tableaux de la santé et du bien-être du salarié. Mais on peut aussi agir pour soi. Nous sommes une écrasante majorité à passer plus de 4 heures par jour devant un écran. Alors pour éviter de se retrouver perclus de TMS, plié en deux à se tortiller parce qu’on a mal au cou, au dos, aux poignets et aux yeux, on oublie les ordinateurs portables, on vérifie son siège, la hauteur de l’écran, on revient à la souris, on pose les pieds au sol et surtout, on s’étire et on bouge toutes les 30 minutes. Pour optimiser leurs capacités de concentration, certains paramètrent raccourcis, blocage de notifications à certains horaires, diffusion de sons blancs ou de musique, jouent sur l’éclairage et l’intensité lumineuse. Enfin, habiller son poste de travail de touches personnelles (photos des enfants, souvenirs, citations well being ou inspirantes…) booste le moral et aide à tenir le cap.