Prendre soin de moi

Retour aux articles

3 mn
petit bambou

Article 1 / 6

Interview de Ludovic Dujardin, co-fondateur de Petit Bambou

Par
Prendre soin de moi 31.03.21

Petit Bambou ? L’appli de méditation qui fait du bien. Ou quand technologie de communication et sagesse millénaire s’allient pour proposer à chacun, dans son environnement personnel ou professionnel, l’apprentissage de cet art du bien-être. La plate-forme Vivre Mieux Sa Vie d’AESIO a rencontré Ludovic Dujardin, co-fondateur avec Benjamin Blasco de Petit Bambou.

VMSV : Depuis quand méditez-vous ?

Ludovic Dujardin : J’ai commencé la méditation à titre personnel il y a six d’années. Je travaillais dans l’e-media et l’e-commerce. Trop de déplacements, trop de travail en pilotage automatique me donnaient la sensation d’être en déphasage, de ne plus être connecté à ma vraie vie. Entretemps, j’avais créé Petit Bambou, ce petit personnage ressemblant à un Yoda avec l’idée de suggérer des petits moments de bien-être aux gens, des petits kifs.

 

VMSV : Quand est née l’application mobile Petit Bambou ?

Ludovic Dujardin : L’appli est née en 2014, de ma collaboration avec Benjamin Blasco, un ami depuis 20 ans travaillant dans l’e-commerce. S’étant mis lui aussi à cette pratique, nous avons eu l’idée de développer une application pour rendre la méditation accessible au plus grand nombre. Et mon personnage du Petit bambou en est devenu naturellement l’avatar… Nous avons créé le meilleur outil possible avec les meilleurs contenus possibles en recrutant des instructeurs certifiés MBSR, puis en invitant Christophe André, le « Monsieur Méditation » en France qui a accepté notre proposition de collaboration. L’application, lancée en janvier 2015, a tout de suite été très bien accueillie par le public et nous sommes rapidement devenus leaders dans plusieurs pays européens dont la France.

 

VMSV : Quel fut l’accueil auprès des entreprises ?

Ludovic Dujardin : Les entreprises rencontrées à l’époque n’étaient pas aussi ouvertes qu’elles le sont aujourd’hui. Depuis cinq ans, les choses évoluent rapidement et le contexte actuel de crise sanitaire rend la pratique de la méditation très attractive pour améliorer la qualité des relations sociales intra-entreprise dans le cadre de la Qualité de Vie au Travail mais également pour faire face aux défis des entreprises. De plus en plus de dirigeants s’y mettent également et souhaitent proposer la méditation à leurs collaborateurs, toujours sur la base du volontariat des participants. Chaque jour trois entreprises nous contactent pour mettre en place un programme interne de méditation. Des T.P.E, P.M.E, E.T.T ou des grands groupes, de tous secteurs  - industriel, conseil, services, banque, santé... – et pour tous les collaborateurs, au niveau du siège social, opérationnel, administratif…, la méditation entre aujourd’hui dans l’entreprise par toutes les portes, mesure d’urgence sanitaire oblige. Je rappelle que la méditation MBSR est une pratique laïque, concrète et pragmatique, accessible à tous, sans effort particulier à fournir hormis l’entrainement guidé à la présence à soi dans l’instant.

 

VMSV : Quel type d’offre leur proposez-vous ?

Ludovic Dujardin : nous proposons deux types d’offres. Une offre digitale avec l’accès aux méditations en ligne (près de mille séances disponibles) pour les collaborateurs. Et des interventions en entreprise avec ateliers d’initiation théorique et pratique ainsi que des formations de huit semaines, en présentiel et en visioconférence en période de crise sanitaire, assurées par nos instructeurs certifiés en MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction).