2 mn
Une femme pose la main sur l'épaule d'un adolescent

Nos ados ont la santé fragile

27.01.20

Nos ados manquent de sommeil, ne font pas assez de sport, se nourrissent mal, prennent le tabac et l’alcool à la légère. Même si de leur point de vue tout va bien, leur santé reste fragile.

Le poids du surpoids

Selon la Direction de la recherche, des études et des statistiques, 18 % des élèves inscrits en classe de 3e sont en surcharge pondérale. Parmi eux, un quart souffre d’obésité. Le surpoids est la conséquence d’une équation insoluble. Comment nos Millenials pourraient-ils en effet passer en moyenne 4,4 heures/jour devant les écrans et s’adonner en même temps à la pratique quotidienne d’un sport ? Résultat, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, nos jeunes français pointeraient désormais au 110e rang (sur 146) des ados les plus sportifs… Ajoutez à cela une propension naturelle à se remplir l’estomac en vrac, un manque de sommeil estimé à deux heures/nuit et un stress galopant, et l’on comprend mieux le déclin de la santé de nos jeunes.

La santé passe après

Malgré ces statistiques, l’écrasante majorité des adolescents (90 %*) se dit plutôt en bonne santé. Tout est dans le « plutôt ». Car le tabagisme concerne près de la moitié d’entre eux, l’alcool se consomme de plus en plus tôt (10 % des non-majeurs boivent régulièrement et un sur deux confesse avoir eu au moins une Alcoolisation Ponctuelle Importante dans le mois selon l’OFDT**) et en matière de drogues douces, les jeunes Français sont champions d’Europe. Toujours selon l’OFDT, 48 % des 17 ans ont déjà expérimenté au moins une fois le cannabis. Quant à la consommation d’ecstasy et de drogues des synthèses, elle progresse elle aussi. Et c’est sans parler des répercussions psychiques et neurologiques.

*Chiffre Fondation Pfizer

**Enquête Escapade (2017) réalisée par l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies

La santé  mentale en filigrane

L’adolescence est un long processus de transitions. On se libère peu à peu du joug parental, on assiste impuissant aux transformations de son corps, on vit ses premières expériences amoureuses, on part à la découverte de nouveaux horizons, bref on se construit une nouvelle identité. Mais cela ne se déroule pas sans heurts. C’est la période où apparaissent les premiers troubles de l’humeur, où se développe l’anxiété qui peut aboutir à la dépression, voire pire. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 50 % des pathologies psychiatriques de l’adulte apparaissent avant 16 ans. Ces moments de doutes sont vécus comme une plaie invisible. C’est pourquoi, il est conseillé d’en parler à un médecin, une infirmière scolaire ou un proche. Car en matière d’intimité, papa et maman ne sont pas toujours les mieux placés.