2 mn
une adolescente avec une natte est devant un écran de jeu vidéo porte un casque audio

En tant que parents, comment réagir face à l'addiction aux jeux vidéo ?

12.04.19

Ouvrir le dialogue est indispensable pour prévenir la dépendance au jeu vidéo. Le jeu n’est pas nécessairement un ennemi, mais il peut le devenir.

Prévenir la dépendance

Pour les enfants, voire les préadolescents (de 7 à 12 ans), les parents doivent intervenir dans les temps de jeu.

Par exemple, il est conseillé de ne pas laisser d’ordinateur en accès libre dans la chambre de l’enfant de façon à ne pas le laisser s’engager dans des parties interminables. L’enfant n’a pas de capacité d’autorégulation, et c’est donc aux parents d’imposer une limite.

À partir de 12 ans, l’adolescent va revendiquer son indépendance et vouloir se démarquer de l’autorité parentale.

Il est nécessaire de maintenir la qualité de la relation avec son enfant tout en continuant à faire parvenir les messages d’éducation. Le respect de l’un est entièrement lié au respect de l’autre. Le temps de jeu doit être discuté selon ces critères.

Pour savoir quels jeux acheter, les parents peuvent se référer aux sigles PEGI (Pan-European Game Information, système européen d'information sur les jeux).

Collés sur les boîtes, ces sigles indiquent :

  • L’âge des personnes pour lesquelles le jeu a été développé.

  • Le contenu du jeu grâce à huit pictogrammes : violence, langage grossier, peur, drogue, sexe, discrimination, jeux de hasard et jeux en ligne avec d’autres personnes.

Ces sigles peuvent permettre de nouer un dialogue avec l’adolescent.

Cyberdépendance : à qui et où s'adresser ?

En cas de cyberdépendance, et lorsqu’il y a échec du dialogue, les parents peuvent avoir besoin de s’adresser à des interlocuteurs externes pour être informés et aidés.

Ils peuvent d’abord en parler à leur médecin traitant qui pourra les aider à définir si leur enfant est vraiment dépendant.

Ensuite, il existe des centres médicopsychologiques spécialisés dans la prise en charge des adolescents dont les coordonnées sont disponibles sur le site de la Mission interministérielle d’information et de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA).

Enfin, sachez qu’il existe des consultations qui s’adressent spécifiquement aux jeunes consommateurs de substances psychoactives et à leur famille, qui peuvent être une aide très utile.