2 mn
un jeune homme tient un téléphone portable avec un casque audio autour du cou

Les jeunes, ayez l’oreille attentive !

20.01.20

C’est parce que l’oreille n’a pas de paupière que notre capital auditif est fragile. Et donc précieux. Si en matière de santé auditive le premier âge (0-3 ans) est crucial, les années qui suivent n’en sont pas moins capitales. Un jeune ne fait pas forcément le distinguo entre son et bruit…  

Eviter les bruits du quotidien

Si vous avez des préadolescents, évitez de leur faire tondre la pelouse. Ou alors avec un casque adapté car l’exercice peut causer de sérieux troubles auditifs. Beaucoup l’ignorent mais sur l’échelle des bruits, cette activité très banale se situe entre l’aboiement (85 db) et le niveau maximum autorisé d’un baladeur (100 db). Sachant que l’enfant atteint sa maturité auditive entre 8 et 10 ans et que les cellules ciliées, en plus d’être rares*, ne se régénèrent pas, mieux vaut prévenir que guérir. A la maison donc, halte au bricolage ! Perceuses, meuleuses et autres scies circulaires - toutes aux environs de 90 db - sont à tenir très loin des oreilles des enfants. Méfiez-vous aussi de l’aspirateur (75 db), de l’essorage du linge (60 db) et, de manière générale, modérez tous les volumes sonores (télévision, chaîne hi-fi…).       

*L’être humain possède 15 000 cellules ciliées par oreille. C’est très peu comparé aux 15 millions de cellules visuelles.

La musique, oui mais moderato

A une époque où l’on peut écouter de la musique partout, tout le temps et gratuitement, mieux vaut prendre quelques précautions. Une heure de musique par jour, pas plus, et surtout à un volume sonore mesuré. Si possible avec un casque qui englobe bien les oreilles plutôt que des écouteurs intra-auriculaires. Le collège coïncide aussi avec les premières soirées entre copains, voire les premiers concerts avec les parents. Si certaines salles adaptent le volume sonore en fonction de l’âge du public, dites-vous bien que rien ne vaut une protection adéquate type bouchons en mousse, boules Quiès en cire ou protection sur mesure en silicone. Et surtout, retirez-les au calme ! Quant aux musiciens en herbe, protégez-les plus que les autres. Les sons des guitares et des basses boostés par les amplificateurs, les rafales de grosses caisses et de cymbales des batteries acoustiques sont autant d’éléments qui détériorent l’oreille interne. Et qui, à moyen terme, ont des incidences sur la fatigue des enfants. Dans le pire des cas, une surexposition au bruit peut générer l’apparition de bruits parasites (acouphènes temporaires ou chroniques), voire endommager les tympans de manière irréversible.

Sur vos agendas

Semaine du son (du 20 janvier au 2 février 2020) : une semaine de débats, de conférences, de spectacles autour de la santé auditive. 

Journée nationale de l’audition (12 mars 2020) : « Quel avenir pour l’oreille de nos jeunes à l’horizon 2030 ? » 

Mois de la gestion sonore (novembre 2020) : un mois dédié à la gestion sonore à travers la pratique de la musique. Au programme : ateliers en milieu sonore, zoom sur l’éducation auditive, formations, dépistage.