2 mn
dans un bureau, un jeune homme en fauteuil roulant montre l'écran de son ordinateur à une autre personne penchée à côté de lui

Quand la RQTH aide le salarié et l’employeur

05.08.19

Beaucoup l’ignorent mais la reconnaissance du statut de travailleur handicapé peut vous aider à trouver ou à conserver un emploi. En France, 75 000 dossiers de RQTH (Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé) sont traités chaque année. L’officialisation administrative est soumise à appréciation de la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées). Une fois obtenue, elle ouvre de nombreux avantages.

RQTH, comment ça marche ?

Faire reconnaître son aptitude au travail au regard de son handicap et non pas l’inverse. Si en France, la Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé repose sur la logique du verre à moitié plein, elle n’est pas - sauf exceptions* - un dû. Il faut remplir (ou télécharger en ligne) un dossier de demande de reconnaissance que vous obtiendrez auprès de votre MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) ou de votre Caisse d’allocations familiales. Dans tous les cas, il faut avoir 16 ans révolus et prouver que vos capacités ont été réduites des suites de l’altération d’une ou de plusieurs fonctions. Qu’elles soient physique, mentale, sensorielle ou psychique. Une fois complété, votre formulaire est étudié par la CDAPH. Seul organisme habilité à vous accorder ou non le statut de travailleur handicapé. Comptez entre 5 et 7 mois pour avoir une réponse. La RQTH est attribuée pour une durée de 1 à 5 ans renouvelable, selon la nature du handicap.

*La RQTH est accordée de facto si vous êtes titulaire de l’Allocation Adulte Handicapé, d’une rente accident du travail ou d’une pension d’invalidité selon l’article L5212-13 du Code du travail.

Les salariés sur la bonne voie

La RQTH favorise l’insertion professionnelle. Vous bénéficiez :

  • de l’obligation d’emploi
  • de dispositifs dédiés à l'insertion professionnelle : stages de réadaptation/rééducation,  contrat d'apprentissage...
  • d’un accès à la fonction publique via des concours aménagés, ou via des recrutements contractuels spécifiques
  • d'aménagement de vos horaires et poste de travail
  • de soutiens pour la recherche d'emploi (Réseau Cap Emploi) ou son maintien (Sameth)

Les employeurs eux aussi aidés

Via l’Agefiph, l’employeur peut aussi avoir des aides. Parmi elles :

  • RLH : aide liée à la Reconnaissance de la Lourdeur du Handicap. On parle ici des surcoûts permanents induits par le handicap d’un salarié. Cette aide intervient après l’aménagement optimal du poste de travail. Montant annuel compris entre 5516,50 € (taux normal) et 10 982,85 € (taux majoré).
  • Aide à l’accueil, à l’intégration et à l’évolution professionnelles des personnes handicapées. Cette aide sécurise la prise de fonction par le coaching, le tutorat et l’accompagnement. Montant maximum : 3 000 €.
  • Aide à l’embauche d’un contrat de professionnalisation sous réserve que sa durée soit de minimum 6 mois et que le temps de travail hebdomadaire soit égal à 24 h. Montant maximum : 4 000 €
  • Aide à l’embauche dans le cadre d’un contrat d’apprentissage (3 000 € maximum), aide à l’adaptation des situations de travail (logiciels spécifiques, transcription braille)