2 mn
un technicien tient une main articulée robotisée

La révolution exosquelette est en marche

06.04.20

Permettre à un paraplégique de remarcher. Science-fiction ou réalité ? Les technologies liées à l’exosquelette font des miracles. Utilisées pour la rééducation des jambes, les armures robotisées progressent à pas de géant. 

Comment ça marche ?

La nouvelle avait fait grand bruit. Le 23 avril 2018 après trente-six heures de course, Simon Kindleysides franchissait la ligne d’arrivée du marathon de Londres. Une première pour un paralysé des jambes. Equipé du tout nouveau ReWalk, le Britannique délivrait un message d’espoir à tous les paraplégiques du monde en démontrant l’efficience de l’exosquelette médical sur plus de 42 km. Mais qu’est-ce qu’un exosquelette au juste ? En substance, il s’agit d’un appareil robotique qui entraîne le mouvement des membres pour la rééducation et permet au paralysé de remarcher. En plus de l’exosquelette, la personne porte une sorte de sac à dos. Dedans, un ordinateur relié à des capteurs thoraciques détecte la volonté de mouvement et envoie des messages électriques dans les jambes. Lesquelles sont ensuite actionnées par des moteurs à batterie.     

Piloter par la pensée

Si la prise en main d’un tel exosquelette se fait progressivement avec des béquilles - le point d’équilibre d’une marche mécanique n’est pas évident à trouver - et que les risques de chute existent, les NTAP* n’ont pas fini de nous étonner. Des chercheurs ont en effet mis au point une armure motorisée susceptible de rendre la mobilité aux tétraplégiques. Déjà qualifié d’Iron man, l’EMY (Enhancing MobilitY) est un exosquelette à quatre membres bourré de nanotechnologie. Il parvient à traduire la pensée et à restituer la volonté de mouvement via des électrodes placées dans le crâne. Une prouesse médicale mais aussi un signe d’espoir pour les quelque 50 000 tétraplégiques de France dont près des deux-tiers ont moins de 35 ans. 

*Nouvelles Technologies d’Assistance Physique   

Un exosquelette pour éviter le handicap

L’exosquelette n’est pas uniquement utilisé dans le domaine médical. Depuis quelques années, l’assistance robotisée a fait son apparition dans des secteurs comme l’industrie ou la logistique. L’objectif ici étant d’anticiper les mauvais mouvements, de réduire les charges physiques afin d’éviter les troubles musculo-squelettiques (TMS). Mais attention, en aucun cas l’exosquelette ne doit être considéré comme un équipement de protection individuelle (EPI) ni comme un accélérateur de productivité. Il reste un élément de confort à manier avec précaution. En effet, les risques mécaniques (frottements, collisions), la baisse de la concentration et la perception tronquée de l’effort (bras automatisé) peuvent altérer la sécurité du salarié.