2 mn
deux mains d'une personne en blouse blanche tiennent celles d'une autre personne pour la rassurer

Assurer sa propre dépendance

03.05.19

Si la Sécu et la complémentaire santé remboursent les soins médicaux, l’aménagement du domicile, le recours à un aidant ou encore les frais d’un établissement spécialisé restent à votre charge. D’où l’importance de souscrire une assurance dépendance qui suppléera le reste à charge. Vous avez 60 ans ? Le moment est venu d’y songer.

Mode d’emploi

Avant de vous ruer sur un contrat, mieux vaut évaluer au plus juste vos besoins. Les grilles AVQ (Actes de la Vie Quotidienne) et AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources) permettent d’estimer le degré de dépendance en s’appuyant sur des exemples concrets comme l’habillage, le déplacement ou l’alimentation. La seconde chose à faire est de mesurer vos capacités de remboursement. En effet, l’assurance dépendance n’est rien d’autre qu’un produit financier. En échange d’une cotisation mensuelle dont le niveau oscille entre 300 et 4 000 €/mois (ceci dans le cadre d’une incapacité profonde qui vous empêche de réaliser vous-même les ¾ des tâches élémentaires quotidiennes), l’assureur s’engage en cas de perte d’autonomie à vous verser une rente (elle aussi mensuelle) jusqu’à la fin de vos jours. Le niveau des versements et de la rente se décident au moment de la souscription.

Combien ça coûte ?

Trois critères sont pris en compte : l’âge, le niveau de la rente et le degré de couverture. Quel que soit votre assureur, la règle est simple : plus vous avancez en âge, plus le montant des versement grimpe. Compte tenu de la diversité des prestataires, du niveau de garantie des contrats et des multiples clauses spécifiques, il est conseillé de sortir sa calculette. Les assureurs ont d’ailleurs créé le label GAD visant à y voir un peu plus clair. Mais disons que la fourchette raisonnable est comprise entre 50 et 100 euros par mois pour une souscription qui démarre à 60 ans. Notez que certains préfèrent commencer très jeunes, vers 35 ans. Cela évite de passer par la case « questionnaire médical », voire « examens médicaux » obligatoires après 65 ans. Ayez quand-même à l’esprit que la dépendance survient en moyenne à… 83 ans !

L’APA : un coup de pouce dès 60 ans

L’Allocation Personnalisée d’Autonomie est une aide d’État destinée aux personnes de 60 ans ou plus qui résident en France. Elle est estimée sans condition de ressources, quel que soit le montant de votre retraite ou de vos autres revenus. Néanmoins, son montant dépend de vos ressources. S’il peut atteindre 1 700 €/mois dans le cas d’une perte grave d’autonomie, le montant moyen se situe autour de 500 €/mois. Cette aide publique sert à couvrir des frais comme l’intervention d’une aide à domicile, l’achat et l’installation de matériels spécifiques ou encore l’aide au financement dans une structure d’accueil spécialisée. La demande s’effectue auprès de votre mairie, de votre CCAS, auprès du Conseil départemental.