2 mn
changer de métier reconversion professionnelle

Reconversion professionnelle, une opportunité à saisir

28.07.20

Changer de métier n’est pas insurmontable. A 40 ans, la reconversion professionnelle peut même être source d’épanouissement personnel.

Des signes avant-coureurs

La première personne à convaincre, c’est vous. Surtout qu’à 40 ans, on a la tête dure. Dites-vous que la reconversion professionnelle n’est pas un mythe mais une réalité bien ancrée. En France, on bat des records puisque 9 actifs sur 10 y ont déjà songé et plus d’un tiers (38 %) a soit franchi le cap, soit est en train de le faire. Certains signes avant-coureurs peuvent vous mettre la puce à l’oreille. Sans tomber dans le burn-out (stress intense qui conduit à la dépression), vous pouvez être victime du bore-out (ennui profond qui conduit à avoir une piètre image de soi), ressentir un manque de motivation ou tout simplement avoir des relations de plus en plus électriques avec votre hiérarchie.

> A lire aussi : "Rire au travail fait un bien fou !"

Valoriser vos atouts 

Vous avez fait cinq ans d’infographie et vous remplissez des colonnes de chiffres au service comptabilité ? Vous aimez les ressources humaines mais bossez au service marketing ? Changer de voie, c’est aussi mettre en avant ses compétences et ses motivations enfouies. N’ayez pas peur de parler à votre N+1. L’erreur d’aiguillage a pu se produire subrepticement au fil des années.

Pour commencer, faites la liste de vos atouts et de vos envies. Puis faites appel à un coach indépendant qui établira avec vous un plan d’action personnalisé. Ensuite, plusieurs possibilités : opter pour une formation qui mettra en avant votre expérience (Validation des Acquis et de l’Expérience), solliciter des stages internes à l’entreprise ou activer le Projet de transition professionnelle*. La reconversion peut aussi se faire de l’intérieur.   

*https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-des-salaries/article/projet-de-transition-professionnelle

Créer pour donner du sens à sa vie

Si votre employeur est dans l’impossibilité de répondre à votre requête, la création d’entreprise reste la meilleure solution. Mais attention aux fausses idées. Activer tous vos réseaux sociaux, s’abonner à tous les sites de recrutement, peaufiner votre CV ne vous aidera pas à créer votre boîte.  En revanche, vous pouvez vous rapprocher de partenaires essentiels comme la BGE (www.bge.asso.fr), Initiative France (www.initiative-france.fr) ou le Réseau Entreprendre (www.reseau-entreprendre.org). La bonne nouvelle, c’est que l’âge moyen des créateurs d’entreprises est de 37 ans**. La très bonne nouvelle, c’est que la plupart des quadras qui se sont mis à leur compte ont retrouvé un équilibre personnel en choisissant un métier en adéquation avec leurs valeurs profondes. Sans surprise, on retrouve les secteurs de l’économie sociale et solidaire, de l’artisanat et plus largement la green economy.

**Selon l’AFE (Agence France Entrepreneurs).