2 mn
sur un lit, un bébé est allongé sur le dos, sa mère est au dessus, les deux sourient

Troubles du langage : savoir les dépister

06.04.20

« Pa…euh ! » « Oui, papa arrive dans sa voiture bleue ». Si vous n’aviez pas compris ça, deux possibilités : soit vous n’êtes pas la mère de cet enfant, soit celui-ci présente des troubles du langage. Dans ce cas, un dépistage précoce existe pour éviter des complications plus tard.

Quand s’alerter ?

Ne pas comprendre tout ce que dit un enfant qui babille en jouant est parfaitement normal. La communication ne passe d’ailleurs pas que par le langage : il peut interagir avec d’autres via les mimiques, le pointage (il montre du doigt), les gestes, l’attitude. Même des syllabes a priori vides de sens prononcées avec une intonation particulière suffisent parfois à saisir ce qu’il veut vous raconter. Mais s’il en reste à ce stade, c’est que quelque chose cloche. Il ne réagit pas quand vous parlez dans son dos (problèmes d’audition dus à une surdité ou des inflammations à répétition), il ne dit pas un mot face à des inconnus (troubles émotionnels, difficultés relationnelles), il bégaie, zozotte, confond les sons (troubles de l’articulation, dysphasie), il ne fait pas de phrases construites et a du mal à nommer des repères dans le temps et l’espace ? autant de signes avant-coureurs qui doivent vous alerter.  

Qui consulter ?

Un bilan préventif, l’ERLT4* est automatiquement réalisé autour de 4 ans afin de repérer d’éventuels troubles avant l’entrée à l’école primaire et le début des apprentissages. Si ce test révèle un problème, c’est un orthophoniste qui prend le relais pour une batterie d’examens plus spécialisés : répétition de sons, images à nommer… Mais seuls 2 à 7 % des patients présentent une réelle pathologie du langage qui nécessitera un protocole personnalisé de séances de travail remboursées par la Sécurité sociale. Les autres se tourneront plutôt vers une prise en charge pédagogique ou psychologique. L’implication familiale est également primordiale : solliciter activement votre enfant, lui parler, reformuler, l’inciter à dialoguer l’aidera aussi à rattraper un retard dans l’acquisition du langage en retrouvant confiance et motivation.

*ERLT4 : Épreuves de Repérage des Troubles du Langage passées dans le cadre du bilan médical de l’enfant à 4 ans

Points de repère dans l’acquisition du langage

- À 18 mois, il babille, pointe du doigt, tente de prononcer certains mots, de les associer pour créer du sens : reformulez ses idées en phrases complètes pour lui montrer la voie.

- À 2 ans, il dispose d’une cinquantaine de mots de vocabulaire et il commence à les associer dans des phrases courtes : nommez tout ce qui se trouve dans son entourage pour remplir sa banque de données.

- À 3 ans, il combine sujet, verbe et complément dans des phrases construites, emploie les pronoms personnels à bon escient : lisez-lui des histoires pour enrichir son imaginaire, faites-lui raconter ses journées.