5 mn
une jeune femme assise dans un parc mange un plat de légumes crus de saison

Quels sont les aliments recommandés pendant l'allaitement ?

Par
ingénieure en alimentation et santé
01.03.19

Pendant la période d'allaitement, la mère choisit de préférence des aliments variés, riches en calcium, en vitamine D et en iode, et doit augmenter sa consommation d’eau. Elle doit aussi veiller à manger doucement et dans le calme, et essayer de se reposer le plus longtemps possible. Il est fortement conseillé de se reposer en même temps que son bébé.

Durant la période d’allaitement, il est nécessaire d’avoir une alimentation adaptée comme pendant la grossesse :

Il est recommandé de poursuivre la consommation d’aliments riches en calcium dans les mêmes proportions que pendant le troisième trimestre de la grossesse, à savoir environ 1 g de calcium par jour.

Pour y arriver, il est conseillé de choisir des produits laitiers natures, aromatisés ou aux fruits. Les crèmes desserts, les yaourts gourmands ou crémeux n’apportent pas suffisamment de calcium. En effet, les besoins en calcium de la femme qui allaite sont bien supérieurs aux besoins de la femme qui n'allaite pas. Si le calcium n'est pas apporté en quantité suffisante par l'alimentation, les processus physiologiques vont alors mobiliser le calcium stocké dans les os de la mère, entraînant un risque accentué d'ostéoporose après la ménopause.

Les dents peuvent également être touchées. Le repère de consommation est de 4 portions de produit laitier par jour (un verre de lait, un yaourt, un fromage blanc, une faisselle, deux petits suisses, ou 30g de fromage)Contrairement à la période de la grossesse où la consommation des fromages à pâte crue était évitée, la mère peut à nouveau manger toutes les sortes de fromages. En complément, les fruits, légumes et certaines eaux sont également de bonnes sources en calcium ;

La vitamine D, contenue essentiellement dans les produits gras (huile, beurre, poissons gras, fromages) est indispensable pour le bébé.

Le médecin peut être amené à prescrire un supplément en vitamine D afin de compléter les apports alimentaires sans avoir à manger trop gras. La vitamine D peut également être synthétisée par le corps à partir des rayons du soleil. Il est intéressant de noter que 80 à 90 % de la vitamine D requise pour le bon fonctionnement du corps humain peut être produite par le soleil. Une simple exposition des mains, des avant-bras et du visage pendant quinze à vingt minutes trois fois par semaine, et sous condition que l'on fournisse au corps les aliments nécessaires, suffit à répondre aux besoins en vitamine D pour un adulte en bonne santé  ;

L'iode joue un rôle important pour le bon fonctionnement de la thyroïde et le développement du cerveau de l’enfant.

Il faut consommer régulièrement des aliments riches en iode et utiliser du sel iodé. Il est conseillé à la maman de consommer les aliments suivants : des crustacés bien cuits ; des moules ; des poissons de mer tels que cabillaud ou morue, maquereau, merlan, thon, lieu, hareng, sardine, raie, roussette, saumon, etc. frais, en conserve ou surgelés ; du lait et des produits laitiers comme les yaourts, le fromage blanc… ; des œufs ; du sel iodé pour cuisiner et assaisonner les plats.

Quels sont les aliments à éviter pendant l'allaitement ?

L'alcool et le tabac doivent être totalement proscrits des habitudes de vie de la femme qui allaite. Elle doit également limiter sa consommation de caféine et éviter certains aliments comme les arachides ou le soja et ses produits dérivés. Enfin, elle doit éviter l'automédication.

Il convient de prendre certaines précautions pendant l’allaitement :

  • Proscrire le tabac et l’alcool

Il est recommandé de cesser de fumer pendant la période d’allaitement. En effet, le tabac contient de la nicotine, du monoxyde de carbone, du goudron, et des métaux lourds. Ces produits passent dans le lait maternel et peuvent provoquer des maladies respiratoires chez l’enfant. Si la mère ne peut absolument pas s’en passer, elle doit espacer le plus possible les prises de cigarettes des tétées.

  • Limiter la consommation de café

Si la mère consomme plus de trois tasses de café par jour, le bébé peut présenter une hyperexcitabilité provisoire. A savoir : le café en cafetière ou les cafés allongés contiennent plus de caféine que les cafés courts (ristretto ou expresso). En effet la caféine se diffuse surtout dans l’eau. Le thé contient également de la caféine. Le thé rouge (rooibos) lui, n’en apporte pas et peut être consommé. C’est également le cas des tisanes.

  • Éviter si possible le soja et les produits à base de soja

Ils contiennent des phytoestrogènes. Passant dans le lait maternel, ils pourraient avoir des effets indésirables sur le bébé, notamment sur le développement des organes génitaux et la fertilité. Il est prudent d’éviter de consommer des produits enrichis en phytostérols, réservés aux personnes ayant trop de cholestérol.On les trouve dans certaines margarines, yaourts ou boissons lactées. Il est préférable d’interrompre provisoirement la consommation de ces aliments tant que la mère allaite son enfant.

  • Pour prévenir les risques d’allergie, il est conseillé à la mère d’éviter de consommer des arachides ou des produits contenant de l’arachide

​​​​​​​C’est l’aliment considéré comme le plus allergisant pour un enfant, surtout dans une famille à risques.

  • Ne pas prendre de médicaments sans avis médical

​​​​​​​Si le médecin prescrit un traitement, la mère doit surveiller son bébé afin de détecter tout effet indésirable pouvant en être la conséquence éventuelle : jaunisse, diarrhée, perte d’appétit, somnolence, perte de tonicité musculaire, etc. Il est également possible de suspendre l'allaitement le temps du traitement. Durant cette période, la mère peut entretenir la lactation grâce à un tire-lait.

  • Limiter certains aliments qui donnent un goût au lait.

​​​​​​​La consommation de légumes au goût prononcé comme les choux, les asperges, ou l'ail n’est pas déconseillée pendant l’allaitement. Cependant, ces aliments peuvent donner un goût au lait. Cela permet de commencer à familiariser le bébé avec la diversité des saveurs. Mais si l’enfant refuse de téter, il est préférable de cesser de consommer ces légumes.

  • Attention au bisphénol

​​​​​​​Enfin, par mesure de précaution, il est recommandé d'éviter les ustensiles contenant du bisphénol A, comme certains contenants en plastique ou boîtes de conserve, le bisphénol A passant dans le lait maternel. Les effets de cette substance sont très mal connus aujourd'hui et il convient de protéger les plus jeunes.​​​​​​​