4 mn
une femme donne le sein à son bébé

L'alimentation du nourrisson : l'allaitement

Par
ingénieure en alimentation et santé
07.02.19

L’allaitement maternel serait le moyen le plus sain de nourrir son enfant pendant les 4 à 6 premiers mois de sa vie. Même s’il ne dure pas longtemps, il a des effets positifs sur la santé de l’enfant. L’allaitement maternel serait aussi bienfaisant pour la santé de la maman. Mais il doit être fait par choix personnel et non sous la pression de l’environnement de la maman. Il peut être une motivation supplémentaire pour que la maman prenne soin de sa santé.

Quels sont les avantages de l’allaitement au sein pour le nourrisson ?

L’allaitement maternel serait le moyen le plus sain de nourrir son enfant pendant les 4 à 6 premiers mois de sa vie. Même s’il ne dure pas longtemps, il a des effets positifs sur la santé de l’enfant.

Le lait maternel doit être, si possible, le premier aliment de l’enfant jusqu'à ses 4 mois (ou 6 mois). Le lait maternel est parfaitement adapté aux besoins physiologiques de l’enfant. De plus, l'allaitement au sein crée un lien intime et affectueux avec la mère. C’est une transition en douceur vers le monde extérieur. Il n’existe pas de « mauvais lait ». La maman allaitante peut produire assez de lait si elle se sent en confiance. En cours de tétée, la composition du lait change.

Le colostrum (lait des 3 premiers jours) a une composition différente du lait mature. Il protège le nouveau-né qui est particulièrement vulnérable aux infections.

Les avantages du lait maternel :

  • sa teneur en protéines est parfaitement adaptée au nourrisson,
  • les lipides (= graisses) sont mieux digérés et mieux absorbés,
  • la qualité des glucides (=sucres) de lait maternel jouent « un rôle essentiel dans la mise en place de l’écosystème bactérien colique »,
  • le lait maternel offre une meilleure digestion,
  • dans le cadre d’un allaitement maternel exclusif d’au moins 3 mois, on note une baisse des risques et de la gravité des infections respiratoires, ORL et digestives,
  • en cas de perte hydrique importante (transpiration, diarrhée), le lait maternel permet de mieux assurer le maintien à l’équilibre de la balance hydrique et minérale de l’enfant,
  • le lait maternel favorise l’absorption de différents oligo-éléments comme le zinc et le fer,
  • chez la femme qui accouche prématurément, le lait est plus riche en Acides Gras Poly Insaturés (AGPI), ce qui correspond aux besoins alors plus élevés des bébés prématurés en AGPI, pour le développement de leur cerveau.

Concernant le bébé, il semblerait que l'allaitement au sein :

  • réduise les risques d'allergies alimentaires chez les enfants « à risque », avec un allaitement exclusif jusqu’aux 6 mois du bébé,
  • soit une prévention probable de l’obésité lors de la période de l’enfance et de l’adolescence,
  • que ce soit pour des raisons nutritionnelles, environnementales ou psycho-affectives, le lait maternel « apporte un bénéfice sur le plan cognitif, modeste mais démontré dans la majorité des études, qui persiste à l'âge adulte ».

Quels sont les avantages de l’allaitement au sein pour la maman ?

L’allaitement maternel serait aussi bienfaisant pour la santé de la maman. Mais il doit être fait par choix personnel et non sous la pression de l’environnement de la maman. Il peut être une motivation supplémentaire pour que la maman prenne soin de sa santé.

Allaiter présente également des aspects positifs pour la mère :

  • la suite des couches est facilitée,
  • le risque d’infections du post-partum est moindre. Ceci est dû à la sécrétion hormonale induite lors de la mise au sein,
  • l’utérus reprend plus vite sa forme, sa tonicité et sa taille,
  • la perte de poids est plus rapide, dans la période des premiers mois du post partum,
  • les risques de cancers des ovaires et du sein sont diminués avant la ménopause,
  • le risque d’ostéoporose n’augmente pas après la ménopause,
  • la motivation pour arrêter de fumer est avantagée.

Attention, pendant toute la durée de l’allaitement, il est important :

  • d’éviter toute boisson alcoolisée (même une bière ou du cidre !),
  • de ne pas consommer de tabac, cannabis et autres drogues illicites,
  • d’avoir une alimentation équilibrée,
  • de boire suffisamment d’eau régulièrement,
  • de ne pas prendre de médicament (= automédication) sans en parler à son pharmacien, son médecin ou au pédiatre de l’enfant.

A noter : les variations de l’alimentation de la maman peuvent modifier la composition du lait maternel. Ces variations concernent les acides gras (oméga 6 et oméga 3), la vitamine A et les vitamines du groupe B, la teneur en iode et en sélénium.

Source(s)

Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé (INPES).