2 mn
papa et bébé dormant sur le lit

Je règle mon sommeil sur celui de bébé

29.07.20

« Dors quand ton bébé dort ! » Ce conseil de grand-mère est plus facile à dire qu’à suivre. Quelques pistes pour retrouver un sommeil de bébé...

Bébé dort…

En matière de sommeil du nourrisson, les donneurs de leçons sont légion et c’est à faire tourner bourrique. Cododo ou chambre à part ? Le prendre à bras dès qu’il pleure ou le laisser se calmer ? On peut vite se sentir dépassé. S’il ne fallait retenir qu’une seule chose : votre bébé est unique et n’en fera qu’à sa tête. Il existe bien quelques principes de base comme l’alternance entre phase de veille et de sommeil, calme ou agité.

> A lire aussi : "Comment lutter face aux désordres intestinaux de bébé ?"

Jusqu’à 3 mois, bébé enchaîne plusieurs cycles entrecoupés de micro-réveils et il est très remuant pour s’endormir : mimiques, petits bruits, respiration rapide. N’accourez pas au premier sursaut, laissez-le trouver son rythme. Entendre la vie de la maison autour de lui le rassure et lui fait intégrer les repères jour/nuit. Il dort très peu la journée ? Pas de panique, il ne sera pas un ado hyperactif pour autant ! Observez-le, soyez attentifs aux signes de fatigue, évitez qu’il s’endorme au biberon et habituez-le par des petits rituels à se sentir en confiance dans sa chambre.

Je dors !

« Ça y est, il fait ses nuits ! » Tous les parents aspirent au moment salvateur où ils pourront enfin retrouver leurs nuits calmes d’antan. En réalité, même quand bébé dort 8 heures d’affilée, les parents garderaient un sommeil perturbé jusqu’à 6 ans après la naissance. Aux marathons nocturnes à trinquer au biberon s’ajoutent le sommeil haché par les moindres soubresauts du babyphone, les angoisses quand bébé pleure, ou pire quand il ne pleure pas. Résultat ? une ardoise de près de 5 heures par nuit (44 jours par an d’après un sondage du Daily mail !). De quoi expliquer les cernes, les pertes de mémoire, l’humeur orageuse et les disputes conjugales à tout bout de champ. Un cercle vicieux qui peut déboucher sur de vraies pathologies comme l’hypertension.

>  Découvrez notre article : "Le sommeil et cerveau de nos enfants"

S’il est concrètement difficile de vous endormir à la minute où bébé ferme les yeux, au moins posez-vous au calme pour des power naps ou micro-siestes de 20 minutes maximux, dans l’idéal le matin ou avant 16 heures pour ne pas rogner sur la nuit. Établissez des tours de garde (une nuit sur deux) avec votre conjoint. Résistez à la tentation de culpabiliser et acceptez toute aide extérieure : les grands-parents qui gardent l’aîné, une aide-ménagère pour le nettoyage et une bonne copine pour vous sortir du train-train, car il faut aussi s’oxygéner pour retrouver un sommeil réparateur. Bref, pour dormir, sortez !