2 mn
personne âgée qui tient un chien dans ses bras

Animal de compagnie, l’atout santé des seniors

29.07.20

Nos seniors ne seraient qu’un tiers à vivre avec un animal de compagnie. Au regard de leurs bienfaits, ils devraient tous s’y mettre !

Bienfaits sur la santé physique

Quand on a plus de 60 ans et qu’on vit seul en ville, on s’encroûterait facilement : on se fait livrer ses courses, on zone de la télé au canapé, bien loin des 7000 pas recommandés par jour. Ajoutez un quadrupède dans l’équation et tout change : il ne se lasse ni du lancer de balle, ni de la promenade au grand air, ni de tout renverser dans la maison, autant de raisons de bouger avec lui et d’entretenir ainsi ses capacités cardio-vasculaires et respiratoires, sa souplesse articulaire en se mettant à sa hauteur, ses défenses immunitaires grâce aux bactéries qu’il transporte avec lui. Et puis, on se sent moins bête à sortir avec son chien que de marcher tout seul dans la rue.

> A lire aussi : "Les bienfaits des animaux sur la santé"

Bienfaits sur la santé mentale

Mais les chats, les poissons et les oiseaux font aussi bien l’affaire quand il s’agit d’assurer une présence réconfortante à la maison. Quelqu’un à qui parler et qui ne vous contredit pas. Quelqu’un qui a besoin de vous, vous donne envie de vous lever le matin parce que vous vous sentez utile. Il permet de rompre l’isolement grâce aux nouveaux liens que vous créez : votre voisine du dessus adore aussi les canaris ? Les enfants d’en face vous ramènent minou quand il s’est promené chez eux ? Jusqu’à la routine apaisante et structurante qu’ils induisent et qui stimule les facultés cognitives (mémoire, repères temporels) retardant ainsi les maladies dégénératives telles Alzheimer. Une vraie stimulation affective et intellectuelle.

Pourquoi pas moi ?

Alors pourquoi hésiter à adopter un animal domestique ? Le principal frein est la peur de ne plus pouvoir s’en occuper seul. Des lanceurs de balle automatisés et autres laisses extensibles avec ressort permettent d’amortir les tractions et de ménager les épaules. Les poissons et oiseaux demandent peu d’efforts physiques dans l’entretien au quotidien. Mais tout peut basculer aussi quand le senior doit intégrer un habitat collectif : quid de leur compagnon à poils ou à plumes ? De plus en plus d’établissements leur ouvrent leurs portes (sous certaines conditions de place et d’hygiène). Des associations offrent d’externaliser en partie la gestion des animaux de compagnie, proposent des animaux mascottes ou des médiations animales, souvent assurées par des jeunes, les bienfaits de l’animal se doublant alors d’un dialogue intergénérationnel très profitable.