2 mn
tablette senior

Des tablettes pour simplifier, sans infantiliser

03.12.19

Les seniors ont adopté les tablettes tactiles. Entre 2014 et 2016, les 60-69 ans connectés sont passés de 17 à 31% et 17 % des plus de 70 ans* en sont équipés également. Le point sur la tablette.

L’ordinateur, trop encombrant ? Le Smartphone, trop petit ? La tablette, une solution à la portée des seniors ? C’est le pari qu’ont fait les fabricants de tablettes tactiles depuis une dizaine d’année. Destinées à leur usage personnel, chez eux mais également en EPHAD et en milieu hospitalier, les tablettes pour seniors proposent une prise en main plus aisée, des services spécifiques liés aux situations de dépendance (fonction SOS, contact avec ses proches…) et une connexion plus facile à internet.

Mais cette simplification « sous l’angle du « manque d’aidants » et de la perte d’autonomie » s’est parfois faite au détriment des usages et des apprentissages, souligne Amandine Brugière de la Fondation internet Nouvelle Génération (FING) dans son rapport TIC et gérontologie.

La tablette s’avère être un outil utile pour palier la perte de capacités visuelles ou gestuelles ou de handicaps spécifiques, pour réduire la complexité logicielle ou simplifier les interfaces mais en aucun cas, précise-t-elle, elle ne devrait réduire les usages et les accès à Internet ou infantiliser les usages des seniors qui ne sont pas plus simples mais différents de ceux des autres internautes.

Les seniors, et davantage encore ceux de demain, manifestent un intérêt vif et diversifié aux technologies numériques et profitent de leurs multiples possibilités d’apprentissage (Université du Temps Libre, Mooc, tutoriels…), d’interactions sociales via les réseaux sociaux, d’échanges, d’implication, en bref de contribution à la vie en société et de maintien du lien social.

Seniors et  tablettes ? Un bon mariage si la simplification de l’interface n’efface pas les possibilités infinies de l’accès à internet. Ne dit-on pas non plus que la complexité et les apprentissages sont une arme efficace pour lutter contre les maladies de dégénérescence cognitive ?

Source(s)

*Credoc