Bien manger

Retour aux articles

3 mn
femme mangeant une tablette de chocolat

L’alimentation émotionnelle

Bien manger 23.09.20

Stress, tristesse, joie… sont des émotions qui peuvent donner l’envie de manger sans avoir faim, c’est ce que l’on appelle l’alimentation émotionnelle.

L’alimentation émotionnelle comment se définit-elle ?

L’alimentation émotionnelle correspond comme son nom l’indique à une alimentation qui répond à des émotions qui peuvent être positives ou négatives : fatigue, joie, tristesse, euphorie…

Dans ce cas, nous ne mangeons pas avec notre ventre, mais bien avec notre tête et nous ne mangeons pas forcément pour répondre à un besoin physiologique mais dans cette situation, c’est plutôt pour compenser un besoin psychologique.

> Comment bien manger sans se ruiner ? Testez vos connaissances avec notre nouveau quiz ! 

Ainsi, pour compenser nos émotions, souvent négatives, nous nous orientons vers une alimentation qui va être grasse et ou sucrée qui va augmenter le taux de sérotonine, correspondant à l’hormone du bonheur. Ainsi, ne vous étonnez pas de manger plus lorsque vous êtes triste, fatigué, déprimé, nerveux ou quand vous vous sentez seul car l’alimentation, dans ce cas, va jouer un rôle antidépresseur, permettant de combler un vide et nous réconforte afin de rétablir un bon équilibre psychologique.

L’alimentation émotionnelle peut-elle perturber une alimentation normale ?

Si la faim émotionnelle est présente de manière inhabituelle, il n’y a pas de raison de paniquer, il s’agit simplement du processus de gestion des émotions.

Par contre, si cette alimentation émotionnelle devient fréquente jusqu’à devenir systématique, elle peut perturber les signaux de faim et de satiété et ainsi troubler le comportement alimentaire, déréglant également le bon fonctionnement de l’organisme, et votre processus de régulation interne.

> A lire aussi : Et si vous pesiez les aliments avec vos mains ?

En consommant fréquemment des aliments à fortes densités caloriques, gras et/ou sucrés, tels que des sucreries, des gâteaux, du chocolat, des chips, de la charcuterie…, le risque de prendre du poids et de développer du surpoids est bien présent. D’autant plus que dans cette situation,  la consommation sera plus importante que lorsqu’ils sont consommés dans une période normale.

Ainsi, la consommation de ces aliments comblera les besoins émotionnels, sera source de réconfort, mais cette réaction face à une situation de stress favorise le surpoids.

En plus de perturber votre alimentation, cela va avoir un impact sur votre confiance en vous avec l’apparition de sentiment de culpabilité voir d’échec, ce qui alimentera d’autant plus vos sources de stress et vos émotions négatives, vous vous retrouverez ainsi dans un cercle vicieux.

L’alimentation émotionnelle et les régimes alimentaires

Une étude sur l’alimentation émotionnelle a permis de montrer que la plupart des personnes qui mangent sous le coup de l’émotion sont des personnes qui suivent un régime alimentaire ou qui ont déjà fait un régime alimentaire dans le passé, puisque le fait d’être sous une sensation de restriction entraine des sentiments négatifs.

Les femmes sont les plus touchées par ce type d’alimentation, cela peut s’expliquer par le fait que les femmes sont plus sujettes à se lancer dans un régime alimentaire restrictif comparativement aux hommes.

Ainsi, après une émotion, une femme aura tendance à manger davantage en augmentation de la taille des portions consommées ou en choisissant des aliments à forte densité calorique.

 Il est donc important d’apprendre à gérer ses émotions pour limiter ce type de comportement, notamment en prévention ou en traitement du surpoids. Pensez à pratiquer le yoga, la méditation, la relaxation ou une activité physique régulière.